Ecrire, toujours écrire…

Lorsque j’habitais dans le nord, je fréquentais une petite école très stricte dans le village de Herlies et je me souviens avec un mélange de honte et de fierté des quatre cents coups dont j’ai pu être l’auteur au sein de l’établissement. Et sur les quatre cents, il faut bien reconnaître qu’une bonne centaine ne passa pas inaperçu et me valut plusieurs punitions de recopiage. J’avais bien demandé à ma mère de m’aider à faire mes lignes, ce à quoi elle m’avait répondu par une hilarité moqueuse dont elle a seule le secret et dont je garde une certaine rancune.

Et pourtant, et pourtant… depuis ces années-là, l’écriture a toujours fait partie de ma vie. Au collège, puis au lycée, j’écrivais quotidiennement dans un cahier, un peu comme toutes les filles de la classe qui avaient leur « journal intime ». La honte…

Au lycée j’entretenais avec ma meilleure amie Emilie une correspondance écrite ininterrompue, période qui, en reconnaissant à posteriori les bienfaits du français et de la philosophie, m’a véritablement appris à écrire.

Jusqu’au jour où je participais, sans grande conviction, au concours littéraire organisé en 2002 au sein de mon école d’ingénieurs pour lequel je reçus le premier prix. Une forte reconnaissance, certes, et des félicitations en pagaille, mais rien d’autre, car la petite enveloppe qui avait été promise au lauréat, il n’y en eu finalement point… Depuis ce jour j’ai décidé de me remettre à l’écriture, d’une façon plus mature, tout en gardant un seul objectif : celui de me faire plaisir.

Voici donc quelques lignes sorties de ma petite imagination, certains visiteurs en auront déjà lues, et peut-être mêmes toutes, d’autres n’en n’ont lues aucune malgré mon insistance (il se reconnaîtra le bougre).

Cliquez sur l’un des liens ci-dessous pour télécharger le texte et bonne lecture !

– Tous droits d’exploitation et de reproduction réservés –

Nouvelles

Du sang sur les mains – Chap.2: le maître du jeu (4p) « Moi c’est Jack. On m’appelle Jackie. On a tous fait des conneries dans sa vie un jour ou l’autre. Moi je suis flic. Ca m’a pris comme ça, un matin où j’avais décidé de sortir de mon trou à rat pour servir à quelque chose ».

La partition (9p) « – Chéri, tu peux répondre s’il te plait, j’ai les mains sales ? Xavier dévala les escaliers en manquant de glisser sur les marches en bois pour répondre au téléphone. »

C’est ici que nos chemins se séparent (5p) « Entrez Monsieur, je vous en prie. Un nuage de vapeur accompagna l’ouverture du sas d’entrée par lesquel l’homme pénétra dans le vaisseau. La porte se vérouilla derrière lui après que les deux gardes en uniforme l’escortant furent ressortis en silence. »

Du sang sur les mains – Chap.1: l’exécution (5p) « C’était un soir d’été, vers dix-neuf heures. Un soir orageux. Un de ces soirs électriques qui excitent les mômes comme les jours d’hiver où la neige commence à tomber. Un de ces soirs où les fouineurs sortent leurs sales gueules, où les zonards investissent les lieux et les fouteurs de merde sillonnent les coins sombres. »

Récit

Le dernier train (13p) « Je m’appelle Paul. Je n’ai jamais beaucoup voyagé dans ma vie. A l’époque où j’ai vécu, il faut reconnaître que nous n’avions guère les moyens que de partir en vacances une fois par an au bord de la mer du Nord, chez une vieille dame austère, autoritaire et antipathique qui devait être ma tante. »

Texte autobiographique

Rémy-niscence (18p) « C’est en 1998, à l’âge de neuf ans, que je foulai pour la première fois la terre du Nord. Au terme d’une longue traversée du Sud vers le Nord, je quittai ce chaleureux département du Var pour m’installer au 27 rue des Riez à Herlies. »

Amuses-gueules

Tolérance (2p) « Ma voisine d’au dessus exagère. Elle fait beaucoup de bruit. Déjà, si elle arrêtait de faire ses lessives à minuit, ce serait beaucoup mieux. Et puis il y a ce foutu caniche, qui aboie toute le nuit. »

Se souvenir… (3p) « Il est effarant de voir, lorsqu’on est jeunes, et certainement d’ailleurs lorsqu’on est un peu plus vieux, à quel point toutes les choses qu’on nous apprend à l’école pendant des années peuvent se perdre aussi rapidement. »

Le métro (2p) « Depuis qu’elle a vu le jour, l’humanité a fait des progrès considérables. La civilisation humaine, si dense, si riche et si colorée, dont les membres se considèrent comme les êtres les plus civilisés, dépasse en tout point les règnes animal et végétal, non seulement de la planète, mais, à priori, aussi de ceux de toutes les planètes intégrées dans les limites de l’univers connu. »

Inclassable (mini-roman ?)

Une question de style (56p) « Il était aux alentours de dix heures lorsque le soleil commença à frapper, de ses rayons majestueux, les pavés de la ville. Alors que depuis le début de la matinée une très légère brume flottait comme un voile de soie au dessus des rues et des allées, la température se fit plus chaleureuse et mit dans le coeur des hommes toute la bonne humeur que pouvait procurer la perspective d’un dimanche ensoleillé du mois de juillet. »

Preview !

Le géant (2p) « Dans une région retirée d’un pays très lointain, un endroit oublié de tous et dont personne ne voulait entendre parler, existait un géant. En comparaison avec un homme de taille moyenne de ce pays, et de cette époque, c’est-à-dire un homme d’un mètre soixante-cinq environ, quatre bons mètres séparaient le bout de ses gros doigts de pieds à la pointe de ses cheveux bruns, qu’il avait épais et hirsutes. »

6 Réponses to “Ecriture”

  1. nalina said

    Salut Rémy,
    je me suis souvenue que Marie m’avait envoyé il y a qq temps déjà un texte que tu avais écrit et qui avait remporté un concours. J’avais trouvé ça très bien écrit et ça m’a donné envie en découvrant ton blog de lire un peu tes productions.
    Je me suis dit que pour apprendre à mieux te connaitre, le texte autobiographique c’était un bon début. Je pense que tu as un talent certain et je me suis retrouvée plongée dans mes propres souvenirs de l’école primaire… J’ai aimé ta description de « Monsieur », j’ai également eu une « Mademoiselle » qui était ma maitresse de CM2 et la directrice de l’école que je fréquentais… Une maitresse « ancienne école » très sévère mais qui a marqué mon enfance (j’ai continué à lui écrire des lettres jusqu’en terminale!)
    Je vais continuer à lire tes écrits d’autant que j’ai un peu de temps au boulot en ce moment!!!
    A quand la suite pour « Le géant »?
    Bises et à bientôt
    Nali

  2. ab1 said

    Je n’ai pas pris le temps de lire tous tes ouvrages mais en ai parcouru quelques uns. Et bien, je vais te dire une chose d’une monotonie à faire pâlir un jaune… Félicitations!
    Ouais c’est vrai qu’il faut un talent certain et au delà du talent qui somme toute reste très subjectif, on sent que tu aimes écrire, ça n’est pas parfait, certains écrits me gonflent mais tu sais… Zola me gonfle aussi et tout le monde s’accorde à dire que c’est incontournable.
    Alors continue, mais surtout ne me compte jamais dans tes récits autobiographiques, j’aurai trop peur du résultat!! Quoique je m’aperçois que tu prends vraiment le Temps de la réflexion… As-tu déjà écrit la suite… difficile n’est-ce pas?

  3. ab1 said

    Autre petite réflexion, j’ai l’impression que ton boulot ne te passionne pas mais pourquoi n’écris-tu pas dessus? Peut être un moyen de le voir différemment…
    La mouche qui pète. (Un peu de familiarité dans ce monde aseptisé!! Bite, couille… voilà c’est dit et ce qui est dit n’est plus à dire)

  4. fred said

    sur remy-niscence

    Wouaah ! nous sommes quelques millions sans doute, qui aurions aimé avoir cet incroyable talent qui t’autorise à nous faire redevenir écolier dans la même classe que toi…

    chapeau bas n°2 !!

  5. André said

    Bonjour
    Tout d’abord, merci de ton passage sur mon blog et de ton commentaire. Je vois que tu es un amoureux de l’écriture toi aussi et à mon tour je vais aller flâner plus avant sur les chemins de tes écrits.
    Bien amicalement
    André

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :