« Publié »

juin 16, 2008

Humeur : littéraire

Vitalité : tête hors de l’eau, je respire

Envie : de beaux mots

L’instant de gloire, si minuscule, si modeste, si anecdotique soit-il, présente toujours pour celui qui le vit une profondeur et une intensité singulières. C’est ainsi qu’il faut essayer d’imaginer un Napoléon Bonaparte au soir d’Arcole ou de Rivoli, loin encore du triomphe d’Austerlitz.

Car à chacun son moment de gloire, où l’Ego se permet l’espace de quelques instants de se vêtir de son grand « E ». Déjà l’année dernière, au même moment, je vivais le délice incommensurable de la sélection dans le recueil de nouvelles du concours Philippe Delerm, organisé chaque année dans le Val d’Oise avec mon texte « Premier cours d’improvisation théâtrale ». Et ce soir je savoure une fois de plus ce plaisir, en voyant mon nom et les mots de mon texte « La piscine » apparaître dans la liste des dix nominés 2008. Parmi les 150 textes proposés pour le concours cette année, le mien n’a pas fait que patauger.

Il n’y a pas plus redoutable pour moi que les minutes d’attente qui précèdent, dans une cérémonie de remise des prix, la montée sur l’estrade. Il y a la chaleur des projecteurs qui m’éblouissent, les lauréats qui s’agglutinent en demi-cercle sur la scène, un public que l’on ne voit plus d’ici, quelques flashes et des sourires, et puis des discours que la distraction et la curiosité de l’instant me permettent d’entendre, mais m’empêchent véritablement d’écouter.

Occasion, malgré tout, d’emporter avec moi la bienveillance et la gentillesse d’un auteur, tout en humilité et en sagesse.

« Pour Rémy, qui partage le goût des mots, amicalement. »

Philippe Delerm

4 Réponses to “« Publié »”

  1. Sandrine said

    Et ben moi je suis pas peu fière de connaître un artiste 🙂 !!!
    Bravo Remy
    Bisous

  2. Pensée said

    Je suis passée lire ton texte sur la piscine. Toutes mes félicitations pour ton prix cela a dû en effet être très excitant et angoissant cette attente au travers de 150 textes !!

    Pensée

  3. phuong57 said

    Coco,
    Inutile de te dire que je suis très fière de toi et émue de voir que la fibre littéraire de Grand Père Nguyen Vy, grand écrivain Viêt s’il en est, a sauté une génération pour s’épanouir chez son petit fils. Ses cendres ont dû se retourner avec plaisir dans son urne!Mum

  4. Intéressant, bravo et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :