A dos de Belphégor

mai 26, 2008

Elle l’appelait « vieille branche », et lui l’appelait « vieille toupie ».

Pour une coïncidence ! Ils étaient nés la même heure du même jour de la même année dans le même petit village du fin fond des Vosges (un patelin qu’on appelait Saucenot). Depuis cette nuit-là, une nuit glaciale d’un hiver sans fin, Raymond et Jeannette ne se quittèrent jamais. Et ils ne quittèrent jamais le village de Saucenot à vrai dire, tellement on y était bien, au pays (et surtout tellement il était difficile de se rendre autre part, depuis ce lieu reculé).

Raymond et Jeannette, qu’on avait surnommés « les amoureux éternels », tellement on était habitué à les voir collés l’un l’autre depuis tout gosses, étaient de bonnes gens, simples en bonheur et parfaits d’humilité. Ils vivaient d’amour et d’eau fraîche. Surtout d’amour.

Les Amériques, l’Asie mineure et les pays nordiques : ils se souvenaient avec douceur et gourmandise de tous ces fabuleux voyages. Que quelques vieux livres écornés à force de lecture, avaient imprimés pour toujours dans leurs esprits vagabonds. Justement, Raymond et Jeannette avaient mis le sou de coté pendant des années, pour s’offrir Belphégor (un vieil âne gris). Ils avaient bien essayé plusieurs fois, de partir en voyage, à dos de Belphégor. Un dimanche ils parvinrent même à gagner la bourgade de Thiélouze (aller-retour !). Vers l’ouest, en direction de Morampierre, la cote était trop longue pour le vieux canasson, et il y plantait à coup sûr ses sabots. Et puis de toutes façons, Belphégor refusait de traverser la forêt car l’animal redoutait le mouvement des branches dans les arbres, qui l’effrayaient au plus haut point.

Jeannette était coquine, Raymond était joueur. Au printemps, Jeannette promettait autant de baisers à Raymond, que de pétales de fleurs qu’il saurait cueillir dans les champs (et Raymond revenait toujours les bras remplis de bouquets fantastiques).

Raymond et Jeannette vieillirent ainsi main dans la main sans qu’aucune chose ne les sépare jamais.

Elle l’appelait « vieille branche », et lui l’appelait « vieille toupie ».

Ils se sont éteints ensemble, la même heure du même jour de la même année dans le même petit village du fin fond des Vosges (un patelin qu’on appelait Saucenot). A vrai dire une très grande tristesse s’empara de tout le pays. Alors pour consoler les enfants, qui ne cessaient de pleurer leurs aïeux, on rapporta que les amoureux éternels, bien que désormais disparus, étaient partis pour le plus beau voyage de leur vie.

A dos de Belphégor…

2 Réponses to “A dos de Belphégor”

  1. mademoiselle florine said

    Bonsoir monsieur,

    Quoique je sois effroyable d’oser encore pointer le bout de mon nez ici, lors que je vous dois une réponse depuis si longtemps, j’avoue que je n’ai pu résister à l’envie de vous féliciter pour cette délicieuse merveille.
    Petite histoire au goût de brise, ou pure instant de poésie, je ne saurais exactement vous dire. Simplement le plaisir de s’évader le temps de quelques secondes et de rêver à eux. Une vie à deux, main dans la main. Loin de tous les clichés dont le monde nous inonde, loin de Roméo et Juliette, et pourtant, tellement plus tendres…

    Tsss, vous me donnez l’envie de m’acheter un petit âne gris. Cependant, si vous me pardonnez comparaison si audacieuse, pour ma part, je n’aurais guère besoin d’un Belphégor pour partir en voyage, puisque je vous ai. Vous et vos textes qui me font rêver…

    Puissent les étoiles illuminer doucement votre front,
    Merci encore pour cet instant de calme,
    mademoiselle florine

  2. Fred said

    j’ai beaucoup aimé la poésie de cette histoire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :