28ème citation du jour : bonheur et sérénité

novembre 11, 2007

Humeur : sereine
Vitalité : bonne
Envie : de pas grand-chose d’autre

Ce week-end je suis particulièrement serein. Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas ressenti un tel détachement, et surtout, celui-ci m’offre un répit bien mérité après une semaine de travail tendu et trois nuits ponctuées par des réveils intempestifs.

Jeudi soir nous sommes allés voir Luis jouer dans « La veuve rusée » de Carlo Goldoni. C’était chouette de venir soutenir son professeur de théâtre ; de le voir lui, pour une fois, dans la difficulté. Surtout que Luis remplaçait un acteur et avait dû digérer son rôle et son texte en un temps record. Nous l’avons retrouvé, à la fin de la pièce, en collant jaune, suant et heureux d’avoir terminé. Et puis c’était vraiment agréable, pour une première sortie avec notre nouveau petit groupe de théâtre : Nol et Wen, Cécile et Cathy étaient de la partie.

Hier je suis allé voir mon cousin monté de Savoie pour exposer au marché de l’histoire à Pontoise. Il faisait une chaleur déraisonnable dans le hall. Je voyais passer devant moi d’improbables personnages de tous âges, des romains et des chevaliers, des gueux crasseux et des damoiselles aux allures gothiques, des hommes vêtus de cotes de maille et de peaux de bêtes, des musiciens en tous genres, des mousquetaires à la fine moustache, et sur les étals brillaient une armurerie gigantesque où se mêlaient rapières, masses d’armes, casques médiévaux et antiques, dagues et poignards. Dehors, des hommes couverts de capes fumaient la cigarette, et je voyais des visiteurs repartir avec d’immenses boucliers. J’en profitais pour aller saluer le stand de Théâtre en stock qui faisait acte de présence dans ce curieux manège. Pierre et Jean étaient les deux courageux (salut Pierre, profondément heureux d’apprendre que tu me lis !). Je repartis content de mon échange, fort d’une idée importante concernant mes activités d’écriture et de théâtre : pour progresser, me renouveler, je dois être curieux des autres, me nourrir d’eux, m’efforcer parfois de dévier de mon chemin habituel, être avide de ce qui se fait à coté.

Ce week-end je suis particulièrement serein. Touchant du bout des doigts une saveur qui doit être drôlement proche du bonheur.

Le bonheur est une idée qui me laisse bien perplexe, depuis ces nombreuses années où l’on m’a doté d’un minimum de conscience et de cerveau. J’ai toujours pensé qu’il n’y avait que trois choses fondamentales pour satisfaire le plus commun des êtres humains : la bouffe, le sexe et l’argent. Je ne sais pas trop dans quel ordre d’ailleurs. Mais dans mes fantasmes de reconversion, je me suis toujours dit qu’un homme devait forcément réussir sa vie en ouvrant une sorte de grand casino-restaurant de luxe, où il serait également possible de prendre maîtresse… En tout cas pour moi le bonheur est une convergence compliquée de plein de facteurs en même temps, une sorte de point unique et idéal où se croisent toutes les droites et les courbes de la vie. Et je passe mon temps à vouloir faire tout coïncider.

Et puis d’autres fois, c’est tout con le bonheur. C’est juste se complaire et se ravir de ce que l’on est, de ce que l’on a, et de l’endroit où l’on vit. Aimer son petit chez soi, ses petites affaires. Aimer être devant son écran pour écrire un petit article, alors qu’au dehors il fait un temps de chien. Aimer sa petite femme et son petit chat. Tout le reste, absolument tout, n’ayant aucune autre espèce d’importance.

« Le bonheur, on ne le trouve pas, on le fait.

Le bonheur ne dépend pas de ce qui nous manque, mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous avons. »

Arnaud Desjardins

3 Réponses to “28ème citation du jour : bonheur et sérénité”

  1. … et puis… l’amour de ce qu’on fait… il y en a des gens qui sont heureux juste comme ça… mais grande question… Et si on est tarés… du style… Un pédophile est heureux en faisant ce qu’il fait… Un machiste est heureux en tapant sur sa femme… etc… Oups… Je divague… mais QUES QUE C’EST QUE LE BONHEUR? PEUT ON ETRE HEUREUX? ON PEUT ETRE VRAIMENT HEUREUX EN SACHANT QU’IL Y A DES GENS QUI CREVENT DE FAIM? QUI SONT PERSECUTES? Je sens que cette nuit je ne vais pas dormir très bien… comme tant d’autres…

  2. Nolive said

    « l’important n’est pas la destination, c’est finalement de faire le chemin »
    Petite question, dans un de tes articles tu faire reference a une nouvelle que tu as publiee mais je ne me souviens pas que tu en ai mentionne le titre.. Pourrais-tu nous eclairer?
    (decidement je n’aime pas ecrire sans accents…)

  3. Fred said

    Ton commentaire m’a laissée perplexe Zapato Veloz !
    Heureusement qu’on peut parfois être heureux, malgré les famines et les atrocités en tous genres, c’est une question de santé mentale !. Même l’Abbé Pierre ou Mère Thérésa ont du connaître ce sentiment.. et si eux se le sont accordé…
    Petits bonheurs quotidiens.. grand bonheur… sentiment de pleinitude… on se les autorise quand ils se présentent,parceque sinon y’aurait plus qu’à se flinguer !!
    A chacun ensuite de considérer ce qu’il fait ou pas pour « changer » à son échelle ce putain de monde !
    (désolée rémi.. pour mon langage…)
    Mais eh ! zapato ! je t’aime quand même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :