Dans l’air du temps 23 : bouleversement climatique

juillet 13, 2007

airdutemps23

Rien ne va plus par là-haut. Le ciel va nous tomber sur la tête et jamais je ne m’étais senti aussi gaulois qu’en ce mois de Juillet 2007. Parce que le mois d’avril s’écoulait sous un soleil généreux et constant, il n’était pas stupide d’imaginer un été caniculaire. Pourtant, de la Picardie d’où je subis la météo depuis la fin du printemps j’observe, la mine dépitée, l’alternance des nuages gris foncé et gris clair, l’omniprésence de la pluie lourde ou de la bruine et, à de rares, très rares occasions, l’apparition timide d’un soleil boudeur et feignant.

Quand j’étais petit, il faisait beau en été. Tous les jours sans exception. C’est peut-être la vision déformée et particulièrement joyeuse de petit garçon qui me donne ce souvenir : il faisait forcément un temps magnifique pendant les mois de juillet-août, et le jour de la rentrée de septembre était forcément une matinée grise et froide. Mais la vérité sort toujours… du souvenir des enfants.

Nous habitions dans le Var, dans un petit lotissement en bord de forêt qu’on appelait « Le hameau des Sauvans ». Les mois d’été étaient secs et lumineux, mon teint de peau légèrement hâlé issu de mon métissage asiatique était renforcé par le soleil de plomb qui venait égayer chaque jour de notre insouciante existence. Je passais le plus clair de mon temps avec mon copain Loïc qui habitait au bout de la rue. Nous étions torse nu et pieds nus, la tignasse en bataille et crasseux d’une manière générale, à force de traîner partout là où des enfants de nos âges étaient capables de se faufiler. Loïc avait réussi à me convaincre qu’en buvant du lait notre masse musculaire allait augmenter considérablement. Alors après avoir bu deux ou trois verres de lait nature, nous faisions plusieurs fois, toujours pieds nus, le tour du lotissement en courant puis nous nous arrêtions, s’observant mutuellement, s’impatientant d’observer les bienfaits de la boisson. Mais rien ne vint jamais.

RémyVar

Le temps était sec. Et pendant les vacances notre petit groupe de gamins s’affairait à imaginer d’impensables bêtises dont les conséquences étaient tant bien que mal dissimulées à nos parents respectifs. De l’autre coté de la route, il y avait une bâtisse abandonnée dont on disait qu’elle était hantée. Nous nous étions un jour aventurés à pénétrer à l’intérieur de ses murs, mais le traumatisme de cette expérience fût tel que mon esprit en rejette encore aujourd’hui la commémoration. La maison était entourée d’un vaste terrain couvert d’herbes hautes. Un après-midi caniculaire, nous eûmes la brillante idée de faire un petit feu au milieu de cette étendue. Nous avions trouvé un vieux morceau de canalisation en fonte, disposé par terre et qui devait contenir les flammes en son centre. L’euphorie ne dura qu’une petite minute, puisque le feu indomptable voulut très vite étendre ses longs bras meurtriers aux alentours. Oubliant avec une force peu commune l’existence de mes petits camarades, n’ayant pour obsession que celle de sauver ma peau, je sautai dans le creux asséché du cours d’eau voisin pour m’échapper et rentrer chez moi incognito, fuyant le brasier exponentiel. Les pompiers étaient intervenus à temps pour ne pas nous infliger le spectacle de notre petit lotissement partant en fumée. Mais le soir même mon père m’offrit la plus belle correction de ma vie de petit garçon.

Aujourd’hui premier jour de vrai beau temps en Picardie, depuis fin avril. Il était temps, j’en ai marre de me peler les miches.

Feu

Une Réponse to “Dans l’air du temps 23 : bouleversement climatique”

  1. Poil de ... said

    Mon air du temps !

    Coucour Remy ! cela faisait un moment que je n’étais pas venu faire un tour chez toi😀
    Alors je profite des 10 ans de OK Computer, encore un sujet sur lequel on s’accorde, Radiohead ! Fais moi le plaisir de te précipiter sur cette page http://www.stereogum.com/okx/

    C’est un blog sur la musique qui a demandé à ses artistes préférés de jouer une music de OK Computer afin de compiler un Ok Computer complet. Et le plus sympa c’est que c’est cadeaux, c’est offert, belle initiative. (Doit-on s’interroger sur la capacité de OK Computer, l’original, à rendre les gens généreux et partageur ?).

    Tu peux lire un test ici : http://www.pitchforkmedia.com/page/forkcast/44139-stereogum-ok-x-a-tribute-to-ok-computer-mp3
    allez, pour le plaisir : « This approach results straightaway in two of the record’s best tracks: Doveman opens the album with a patient retelling of « Airbag » that comes across as more foreboding and paranoid than the original. That’s followed by Danish band Slaraffenland, who uses all the brass, winds, and strings in their Do Make Say Think-like arsenal to alter the already complex arrangements of « Paranoid Android », shaving off the bluster at the end of track. »

    Bise de la fête nationale🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :