Improvisation : The last show – 24 juin 2007

juin 25, 2007

24juin5

Et voilà, nous l’avons refait.

Pas de la même manière, bien évidemment, c’est la nature même de l’improvisation. Cependant avec un certain goût de déjà vu, à n’en pas douter, et cela je le redoutais depuis longtemps. Car la perspective de jouer une deuxième fois m’avait dès le début laissé perplexe et inquiet. Lors de notre premier spectacle du 27 mai dernier, nous avions été bons. Très bons, par instants. Talentueux aussi, à l’échelle de notre parcours, de nos personnalités et de notre travail. J’ai encore à l’esprit cette sensation incroyable de saut dans le vide, de don de soi. L’image de la lumière qui éblouit lorsque nous entrions sur scène, les silhouettes noires du public qui patientait sur les bancs de la salle de spectacle. Tout cela avait eu, le 27 mai, un caractère profondément unique et non répétable. Devait-on vraiment rejouer une finale dont nous étions sortis vainqueurs ?

Pour quelques-uns d’entre nous le stress de ce deuxième spectacle était décuplé par l’expérience du premier. Mais pour la plupart, cette même expérience avait apaisé les craintes, fait baisser nos gardes et détendu nos esprits. Nous nous sommes reposés sur nos certitudes en espérant que ce second voyage se ferait en pilote automatique. Et pourtant… La succession d’erreurs des premiers instants du spectacle a jeté un trouble dans le groupe. Un nez rouge oublié, des entrées ou des sorties de scènes exécutées dans la précipitation, dos au public… Luis réagit immédiatement à nos écarts. Et puis à deux reprises, deux ping-pongs amputés par des « jokers » amplement justifiés. Luis se cache le visage pour ne pas assister au crash international. J’étais moi-même plus à l’aise sur scène, mais tellement moins inspiré, tellement moins impliqué !

24juin2

Enfin… Malgré tout, les secondes de détresse ont mis en lumière les plus beaux moments, et le public a su les capter et les encourager. De belles improvisations, de jolis échanges en ping-pongs, pour lesquels nous avons tous, comme la première fois, apporté chacun notre pierre. Une représentation qui m’a semblé courte, malgré quatre-vingt dix minutes de scène. Je revisionne mentalement mes deux ping-pongs menés respectivement avec Frédérique et Daniel. Le premier est un cours de mycologie qui aurait dû être de musicologie et dont la progression trouve son issue dans une répugnante affection du derrière. Le second est une « loufoquerie » made in Daniel, une de ces envolées sur lesquelles j’aime tant surenchérir aux cotés de mon frère d’armes. Je participe à une longue improvisation sur le thème des pyramides en Égypte, intégrant l’action de se maquiller et un crocodile volant qui pue, en 1914 ! Accompagné de Cécile, Brownie et Cyril, je déguste notre prestation. De belles trouvailles, comme cet instant inoubliable d’improvisation où Brownie cale sa gestuelle sur la mise en route mécanique de notre lampe torche. Je vois Luis faire des grimaces et des gestes d’impatience, je comprends qu’il faut sortir de scène.

Pour l’improvisation finale où tous participent, je crains derrière le rideau que nous ne terminions sur un fiasco total. Les idées sont complètement confuses et Daniel me dit au dernier moment : « Et moi je fais quoi alors ? ». Dernier rempart contre le vide, nous rentrons progressivement sur scène, patientant fébrilement derrière le rideau qu’une action ne se mette en place : Cyril et Brownie vont au feu en premier. Le reste de l’improvisation se déroule plutôt dans de bonnes conditions, et comme le 27 mai je me retrouve mort au milieu de la scène au bout de quelques minutes. Les yeux fermés, je perçois les échanges invraisemblables de mes collègues, je prends des coups, des claques. Frédérique le médecin (« Appelez l’apothicaire ! » crie Cécile) se penche vers moi, sa voix résonne dans mes oreilles et je sens qu’elle me met un bandeau autour de la tête. « Il a de la bave qui sort de la bouche ». « J’espère qu’il n’a pas la rage ! » s’inquiète Cécile. Daniel me manipule et je fais le pantin. Combien de temps vont-ils s’acharner sur moi ?! J’entends les rires du public, il est conquis. Et comme le 27, amusante coïncidence, je sors de scène traîné par terre. Et c’est ainsi que s’est terminé notre dernière improvisation de l’année.

24juin4 3 24juin1 24juin7

Nous nous sommes tous retrouvés, avec Luis, après le spectacle. Pour rire de nos succès, pour ironiser sur nos échecs, nous chamailler sur nos erreurs et défendre nos plus beaux instants. Loin, très loin dans le futur, au mois d’octobre, débutera la prochaine saison de théâtre. Qui sera encore parmi nous, qui saura nous insuffler l’énergie d’une nouvelle année ? Je l’ignore totalement, et perplexe, je croise le regard de chacun, mais ce soir une grande page s’est tournée.

Et quelle page…

24juin6

 

7 Réponses to “Improvisation : The last show – 24 juin 2007”

  1. Bravo à toi el artista de la pluma!!!

    Bon… on est tous d’accord sur les sensations de dimanche…

    EN tout cas.. on remet ça l’année prochaine !!!! YEEESSSS!!! KESKONSEMARRE!!!!

    BISOUS et bonnes vacances!!!

  2. guybrush said

    Merci Luis… Je traduirai « Zapato Veloz » par « Clown agité », c’est juste ? Oui c’est bien toi tout ça… Encore merci pour tout ce que tu nous as transmis, je pense qu’il faut un courage et une passion immense pour t’occuper de nous comme tu l’as fait !
    A bientôt pour de nouvelles aventures !

  3. Leonard De Vinci said

    C’est les vacances maintenant , on va s’embêter le jeudi soir…..bravo à tous en tout cas

  4. guybrush said

    Pfff… Léonard de Vinci sous Louis XVI… Il devait être vieux Léonard…

  5. fred said

    eh oui ! la boucle est bouclée…

    Effectivement les jeudis soirs vont nous paraitre bien tristes…

    Si il n’y avait la perspective de vacances (très méritées en ce qui me concerne..) en bord de mer, je dirais : vivement Septembre, avec le mystère de savoir qui sera encore présent pour reformer notre troupe d’amateurs et retrouver nos plaisirs scéniques.
    alors en attendant on pourra toujours regarder et commenter le dvd de notre performance !

  6. Arretez avec vos nostalgies à la …. Imaginez… vous pourrez vous occuper de VOUS les jeudis soir !!!! Faire des Barbecues chez des potes… aller au cinema…. regarder la TV !!!! C’est génial!!!!!

    Allez !!! AH…. Zapato veloz… QUi sait ce que ça veut dire?… Ein?

  7. The Wonderful Rousse said

    Bonnes vacances à tous et vivement qu’on se retrouve pour regarder nos fabuleux exploits de la semaine dernière… même si, certes, d’accord, je l’admet, il aura toujours mieux mais on s’est tout de même vachement bien marrés !!

    L’esprit de l’Improvisation avec grand I n’était peut être pas là mais il ne faut jamais oublier qu’on était tenus, dans nos esprits, de faire mieux que la dernière fois.
    C’était pas facile à gérer.

    Personnellement, j’étais beaucoup plus stressée à cause du niveau plus que correct de la dernière fois mais je trouve qu’il y a eu vraiment d’excellentes choses dimanche.

    Voilà mon avis et je le partage !

    Merci à Luis et tous ses bons conseils de clown, de danseur, de spectateur, de p……n de prof !!

    Signée : une rousse qui vous veut du bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :