Dans l’air du temps 17 : Syracuse…

mai 9, 2007

Il y a certains matins comme ceux-là dont je me passerais bien, surtout lorsqu’ils ont un certain goût de « déjà vu ». En ce mercredi matin, lendemain de jour férié, j’avais les yeux embués de cette fatigue provoquée par le rythme cassé de ces deux dernières semaines, tronquées respectivement par le 1er et le 8 mai. Je descendais donc la rue Saint Justin de Louvres, consolé par la perspective de mon acquisition très prochaine d’une nouvelle maison dans un joli quartier de la ville, lorsque j’aperçus au pied de ma clio jaune de société, les débris bleutés de la vitre conducteur. En m’approchant du carnage, je vis un pavé logé entre les deux sièges avant, sur le levier de vitesse, et puis des traces de chaussures sur les sièges. Ma pochette à CD était laissée ouverte sur le siège passager. Entre Radiohead, Garbage ou Bjork, rien de bien excitant aux yeux de mes délinquants nocturnes. Un petit Rap ou R’n’B aurait été peut-être plus convoité, mais le vandalisme est par nature gratuit et désintéressé.

*****

Pendant la campagne présidentielle, je dialoguais avec ma mère et ma sœur sur la nature de notre vote du second tour. « Notre niveau social et notre éducation nous donnent la conscience pour ne pas soutenir cet homme », disait la première. « Il fait peur quand même… ». « Il ne faut pas voter pour quelqu’un qui cloisonne comme ça les gens » soutenait la seconde. Débat pacifique et intellectuel au terme duquel j’avais conclu très clairement l’idée que si je voulais voter en pensant un peu aux autres, effectivement je devais voter à gauche. Vote de solidarité, d’humanisme. Par contre, si je souhaitais voter pour moi, uniquement pour moi et dans ma situation actuelle, c’est-à-dire si je procédais à un vote égoïste, mon vote irait à droite.

Parfois il est si bon d’être égoïste.

En sortant du second tour, mon épouse remarquait : « Oh là là… il n’y avait que des Ségo dans la poubelle de l’urne… ». Pas étonnant, les beaux quartiers du 92 votent « égoïste ».

*****

Mon CD de Yves Montant était au milieu des débris de verre, dans la voiture. J’entendais intérieurement sa voix aussi virile que fragile et la douceur de son timbre. « J’aimerais tant voir Syracuse… ». Amer, je vis dans Syracuse une évocation qui vint à point et je revisitai la mélodie. « J’aimerais tant voir Sarkozy »…

Finalement voilà, c’était peut-être cela, ce pavé. Un pavé anti-Sarkozy, comme il y en a eu de nombreux suite aux résultats du 6 mai. Mais j’adresse un message personnel à celui qui a eu la gentillesse de déposer délicatement un pavé dans mon véhicule : tu es révolté par l’élection de Sarkozy ? Alors j’ai deux choses à te dire. Premièrement il a été élu à la majorité absolue dans le cadre d’une élection : cela s’appelle la démocratie, et ton geste est par conséquent une action anarchique, anti-démocratique. Et deuxièmement, si tu penses que ton geste apportera une solution à tes aspirations ou tes revendications, tu n’as pas ta place dans cette société. 

4 Réponses to “Dans l’air du temps 17 : Syracuse…”

  1. kyw said

    Seuls les enfants tapent du pied pour qu’on les écoute…

  2. papounet said

    Décidemment cette élection aura sucité beaucoup de réactions. Notre beau pays se réveillerait-il? Au delà des choix des uns et des autres il y a comme un soufle…une page qui se tourne..On peut penser que les choses vont évoluer..Nouveaux acteurs, nouveau jeu, on se met à penser qu’il existe de nouveaux « possibles ». Reste que pendant que Sarkozy dinait au Fouquet’s les voitures brulaient en banlieue…ca c’est un fait incontournable, il ne s’agit pas d’excuser, plaindre, ou rejeter. C’est la réalité des choses. D’un côté l’étalage du succès et de la fortune, de l’autre la violence gratuite et improductive. Celui-là va diriger notre pays, ceux-ci s’en resentent totalement exclus. Dénaturer le sens du message « enfantillage » ou le rejeter purement et simplement « t’a pas ta place » risque de tendre un peu plus la situation. Alors Sarko ou Sego, sortons de la stigmatisation ou de la victimisation. Une société ne vaut que par ce qu’elle réserve à ses membres les plus fragiles.L’égoïsme bien compris c’est de vouloir vivre dans une société la plus juste possible.

  3. kyw said

    N’est-il pas envisageable que nous soyons déjà dans ce « plus juste POSSIBLE » ?

  4. phuong binh said

    Effectivement y’a tant à en dire… je rajouterais juste que pour moi, le politique, c’est l’organisation d’une société dans son ensemble, avec un projet qui organise les rapports entre les gens de cette société et vise à rendre ces rapports meileurs et surtout plus justes… et si possible viser à faire que tous y aient accès… Ainsi, réduire les inégalités, et surtout permettre à celui qui le veut, de faire partie de la société, c’est ce qui me semble important.. La politique, c’est justement sortir de l’individuel pour réfléchir à un niveau plus global… donc, pour moi, sortir d’un pavé sur une voiture, pour ne pas rester qu’au niveau de la Justice (qu’il faut rendre bien sûr) mais viser celui d’une société plus juste pour tous. C’est quand on aura cherché à atteindre cette équité que l’on pourra mesurer mieux la volonté des uns et des autres de s’en sortir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :