Dans l’air du temps 16 : Nourrir la planète

avril 27, 2007

Famine1

Nous manquons de nourriture !

Enfin je dis « nous »… Moi personnellement, je n’en manque pas. Je n’en ai d’ailleurs jamais manqué de toute ma vie. Et vous non plus, lecteur assidu ou accidentel de l’art niak, vous qui avez aujourd’hui l’opportunité de me lire, n’éprouvez point ce manque : dis-moi si tu as Internet et je saurai si tu manges à ta faim.

D’ailleurs à l’instant où vos yeux parcourent de gauche à droite puis de haut en bas mes modestes lignes, peut-être avalez-vous machinalement quelque friandise, quelque produit sucré, salé, ou sucré-salé sans la conscience du privilège de ne pas appartenir pas à ces quelques 900 millions de personnes dans le monde qui, puisant dans les dernières ressources de leur dignité humaine, crient famine. Et oui, il y a certaines choses comme celles-là, sur Terre, qui sont imparables, logiques, inévitables: elles « sont », tout simplement. Et aucun héros, aucun gourou, aucun Dieu quel qu’il soit n’y pourra jamais rien : en considérant du moins qu’une personne bien nourri doit manger une pomme entière, lorsque nous produisons dix pommes nous ne pouvons nourrir que dix personnes, pas une de plus.

Alors voilà d’ici cinquante ans, si nous voulons répondre au double besoin de nourrir les 900 millions de terriens qui n’ont pour nourriture qu’une espérance insensée, et de donner également aux 3 milliards d’individus supplémentaires ayant gonflé la planète d’ici là, il faudra mathématiquement doubler notre production de nourriture et savoir la rendre accessible à tous. Certes la planète regorge de millions de m2 exploitables mais ces millions de m2, des millions de petits hommes démunis n’ont pas les moyens de les cultiver. Et puis d’ailleurs, à l’heure où le biocarburant à le vent en poupe, de vraies questions pointent le bout de leur nez : par exemple face à cette problématique, quelle part énergétique réserver à la production de maïs et à la canne à sucre ? Agir pour l’environnement, préserver la planète ou bien nourrir la planète ? Mon Dieu (tiens le revoilà lui) que la vie sur Terre est cruelle. Je crois que s’il existe une forme de vie évoluée quelque part dans la galaxie, sans en douter un seul instant elle serait confrontée aux mêmes défis de survie sur sa planète. Ce qui me fait penser qu’elle aurait certainement autre chose à faire que de venir nous rendre visite à bord de soucoupes volantes… Désolé Mulder et Scully, je viens en quelque sorte de démontrer que sur une planète évoluée il y a forcément une majorité d’individus affamés, rendant peu plausible la visite sur Terre de petits hommes verts, ou de quelque couleur que ce soit.

Et pourtant, comme s’insurge régulièrement ma tendre épouse devant le petit téléviseur de la cuisine, malgré des images comme celles-ci des millions d’euros et de dollars partent dans les programmes spatiaux. Parfois je préfèrerais ne pas respirer l’air du temps, tellement il est difficile d’en supporter l’odeur macabre.

Famine2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :