Improvisation du 4/01/07 : Et la parole fut…

janvier 6, 2007

Bouche

Peu d’évènements dans nos existences, qu’ils surviennent dans nos vies personnelles ou professionnelles, se déroulent exactement comme nous les avions initialement imaginés. Certes depuis des décennies et des siècles peut-être, les esprits s’accordent à croire en l’existence d’une intuition toute féminine, sorte de sixième sens étranger à la stupide virilité dont nous autres les hommes, sommes victimes depuis l’apparition de l’espèce humaine sur la planète. Mais croyances mis à part (ainsi que médisance quant aux bulletins météorologiques) je constate personnellement avec une fréquence toute marquée la non prévisibilité des évènements.

La vie ne serait-elle alors pas une gigantesque improvisation dont nous sommes tous les comédiens ?

Je ne me risquerai pas à vouloir répondre à cette question, dont la résolution est peut-être plus céleste que terrestre. Par contre, rédiger un article sur mon dernier atelier d’improvisation est à la portée de mes longs doigts de pianistes et c’est avec grand plaisir que je les mets en branle pour l’occasion (n’y voyez je vous prie, aucune allusion d’ordre sexuel).

Voilà une prévision dont on avait entendu parler à plusieurs reprises et à laquelle nous ne pûmes échapper. Je l’avais bien évoqué plusieurs fois dans mes écrits : en ce début d’année nous allions intégrer la parole à nos improvisations.

Mais avant le moment fatidique du bégaiement, Luis avait décidé en première partie de travailler sur les bébés, façon simple et efficace d’aborder la notion de « stéréotypes ». Nos improvisations en groupe devaient mettre en scène des bébés de moins d’un an évoluant dans une crèche, et nous avions obligation d’intégrer des « gromelots » dans notre jeu (mono-syllabes et bruitages). Il faut reconnaître que la première heure de travail fût un bazar sans nom. Je me dirige à quatre pattes vers le centre de la scène et Luis me demande de me faire entendre. Je suis perdu, tellement concentré dans mes gestes que la seule chose sortant de moi est un bêlement de chèvre… Nous avons tous des difficultés à rendre cohérentes et crédibles nos attitudes corporelles, nos actions et nos paroles. Par-dessus tout, les improvisations semblent être habitées par un ridicule omniprésent. Pourtant Luis persévère, nous recommençons une fois, deux fois, trois fois et ça commence à venir : nous finissons par palper la consistance des moments de vérité, l’existence des rapports les plus simples.

Bébé3

Pour notre première improvisation parlée, Luis nous impose un thème et un personnage : ma mission (et je l’accepte), et d’improviser sur le thème « Comme tous les samedi » avec Cécile, en interprétant des personnes âgées. J’apporte une solution à mon trac en le noyant dans la vitesse d’exécution : Cécile me propose un contexte, une situation (un couple de vieux retraités se chamaille pour le choix du programme à la télé…) et c’est parti. Je remonte mon pantalon sur le ventre, courbe mon corps, avance mon menton, vide mon esprit puis rentre sur scène. Je m’investis dans le personnage, Cécile prend manifestement tout autant de plaisir et nous menons l’improvisation à son terme sans embûches. Les commentaires des collègues sont positifs et encourageants, et je suis plutôt satisfait de notre prestation. J’explique comment j’ai découvert mon personnage au fur et à mesure de l’avancement de la scène, notamment sa voix que je n’avais pas pu préparer : cette sensation est unique, délicieuse, et je sais au fond de moi que je la retrouverai dans toutes mes autres improvisations.

Bref bref bref c’était chouette. Couché minuit trente, ce matin je me suis réveillé en retard. Ben oui, pour un pépé, se coucher après dix heures c’est carnaval…

Vieille

Et dire que l’on me reproche très souvent de ne pas assez parler dans la vie de tous les jours… Au moins ne me reprochera t’on jamais de ne pas assez écrire…

Une Réponse to “Improvisation du 4/01/07 : Et la parole fut…”

  1. maurice said

    trop cool sa me fé penser à ma soeur lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :